Qista équipe Djibouti pour lutter contre les moustiques responsables de la transmission de maladies vectorielles

La ville de Djibouti fait le choix de la borne connectée Qista pour lutter contre les moustiques responsables de la transmission du paludisme et du chikungunya.

Pierre Bellagambi et Mohamed Fouad Abdo collaborent dans la lutte contre le moustique

L'ONEAD, notre premier partenaire en Afrique de l'Est


Pierre Bellagambi et Mohamed Fouad Abdo collaborent dans la lutte contre le moustiqueC’est avec un élan de fierté et d’enthousiasme que QISTA participe sur cette mission de lutte contre le moustique au sein d’une zone ou cette nuisance représente un réel danger. Un projet développé au sein du cluster « Djibouti Territoire d’Innovation », plateforme de l’éco-innovation dont QISTA figure parmi les premiers adhérents.

L’objectif de cette démarche est de protéger les sites de l’ONEAD et ses riverains mais également les écoles et établissements de santé en réduisant la population de moustiques présents à Djibouti et ainsi lutter contre la transmission du paludisme et chikungunya.

Nous tenons à exprimer notre reconnaissance envers l’ONEAD, et son directeur M. Mohamed Fouad Abdo, qui s’attaque aux principales sources de développement des moustiques, à savoir l’épandage sauvage des eaux usées et les eaux stagnantes

Nous sommes très fiers de participer à ce programme d’assainissement et proposer une solution complémentaire dans cette lutte anti-vectorielle.

 

Nous sommes honorés de pouvoir partager notre expertise et savoir-faire avec le personnel de l’ONEAD que nous allons former, et qu’un partenaire aussi prestigieux en Afrique de l’Est nous accorde sa confiance dans un contexte ou le développement du paludisme et du chikungunya est très inquiétant.

Pierre Bellagambi, co-fondateur de QISTA

Nous tenons également à remercier les personnes grâce à qui cette mission est possible, les personnes et organisations qui nous ont accompagnés : la Région SUD avec Guillaume Huet, Djibouti Territoire d’Innovation avec Pierre Terrier, Arnaud Guillois Ambassadeur de France à Djibouti, Mohamed Ahmed Awaleh Monsieur le Ministre de l’Agriculture, l’Agence Française de Développement ainsi que de nombreuses personnalités qui nous ont fait l’honneur et le privilège d’être avec nous lors de la signature.

Le contexte sanitaire de Djibouti

Site d'assainissement des eaux à DjiboutiEn 2012, Djibouti a été le premier pays africain à signaler la présence de l'Anopheles stephensi, une espèce de moustique vectrice du paludisme et originaire d'Asie.

Selon l'OMS, le pays comptait près de 26 000 cas de paludisme dont 90% dans la capitale courant 2018.

En parallèle, l'Aedes aegypti, l'un des vecteurs du chikungunya, prolifère également en raison du réchauffement climatique.

Un état des lieux alarmant qui pousse l'ONEAD à se mobiliser pour neutraliser ces vecteurs de maladies par l'acquisition de la French Tech QISTA, permettant en outre de lutter contre le moustique en limitant l'usage de produits toxiques pour protéger l'environnement.

Nos actions de prévention dans la lutte anti-moustiques en Afrique

Aujourd’hui, QISTA intervient au travers de plusieurs pays d’Afrique dans des programmes de démoustication. Nous intervenons notamment au Sénégal, en République Démocratique du Congo, au Burkina Faso, au Mozambique ou encore en Côte d’Ivoire.

Nos actions nous permettent de mener un suivi scientifique à grande échelle visant à prévenir les populations lors de recrudescence de moustiques et d’optimiser la lutte contre les maladies vectorielles.

Le sol djiboutien, grâce à la collaboration de l’ONEAD et QISTA, est désormais engagé pour contribuer à une meilleure compréhension de la lutte anti-vectorielle à faible impact environnemental.

 Diminuer la population de moustique présent à Djibouti dans une lutte anti-vectorielle

Partagez cet article

« Retour

Veuillez patienter...

Le produit a été ajouté à votre panier.


Voir le panier

Le produit a été supprimé du panier.


Voir le panier