Bornes anti-moustique du Sambuc : un bilan positif

Mercredi 29 mars, les habitants du Sambuc étaient conviés à une réunion publique sur la démoustication. Les élus de la Ville d’Arles, les experts scientifiques de la Tour du Valat et du Parc naturel régional de Camargue (PNRC), y ont présenté le dispositif alternatif à la démoustication larvaire au Bti expérimenté sur le hameau du Sambuc depuis 2015 : les bornes anti-moustiques. 16 pièges développés par la société TechnoBam qui ont été répartis dans le village. Les résultats du suivi scientifique mené par la Tour de Valat en 2015 et 2016 et l’enquête sociologique de satisfaction menée auprès de la population ont appuyé le bilan.

300 000 moustiques piégés et éliminés

Les Bornes anti moustiques sont un procédé révolutionnaire inventé par deux jeunes ingénieurs du pays d’Arles Simon Lillamand et Pierre Bellagambi qui ont monté TechnoBam. Les 16 bornes anti-moustiques (BAM) en place entre avril et octobre 2016 ont capturé près de 300 000 moustiques, évitant aussi la ponte de milliards d’œufs.

Comment ça marche ?

Le piège émet de manière saccadée, une très faible quantité de CO2 (gaz carbonique) qui reproduit la respiration humaine et attire les insectes piqueurs dans un sac où ils se dessèchent.

Implantation des Bornes anti-moustiques dans le village du Sambuc. Source Tour du Valat

Implantation des Bornes anti-moustiques dans le village du Sambuc. Source Tour du Valat

Le Parc de Camargue aide à expérimenter des solutions

Quand les moustiques se sont montrés très envahissants il y a plus de 10 ans, l’EID (Entente interdépartementale de la démoustication) a proposé de traiter les zones habitées de la Camargue au BTI, un produit chimique inoffensif pour les humains qui tue les larves de moustiques. Le problème, selon le PNRC, est qu’il tue par la même occasion d’autres espèces d’insectes et perturbe la chaîne alimentaire et la biodiversité. « Le Parc a travaillé pour trouver d’autres solutions et TecnoBam propose un système sélectif des espèces qui répond aux besoins des habitants, » explique Stéphan Arnasan, chargé de mission au PNRC. « Financement d’expériences et études de suivi font partie de notre mission. » La solution de TecnoBam laisse les moustiques extérieurs au village proliférer et nourrir oiseaux et grenouilles. « C’est un système écologique qui protège à la fois la population et le milieu naturel » ajoutait Nicolas Koukas, conseiller départemental.

L’institut biologique de la Tour du Valat assure le suivi scientifique de l’expérience

Chiffres, statistiques, graphiques, évaluation de l’efficacité des pièges, taux de capture, reconnaissance des huit espèces de moustiques capturés, suivi des hirondelles, c’est l’affaire des experts de la Tour du Valat, en la personne de Brigitte Poulin, chargée de ce dossier. L’ochlerotatus caspius arrive en tête des captures (83 %), la réduction de la nuisance évaluée à 71 % (grâce au test du mollet qui comptabilise les piqûres sur 10 minutes, près ou loin d’une borne). Quant aux 21 couples d’hirondelles du village, ils ont eu 3 poussins en moyenne comme avant quand il n’y avait pas de BAM. Une page Facebook gérée par la tour du Valat récapitule la campagne 2016.

L’ochlerotatus caspius (photo) est un moustique abondant en Camargue. Il représente 82,76% des captures au Sambuc. Derrière viennent les anophèles, le culex pipiens et l’ochlerotatus detritus.

L’ochlerotatus caspius (photo) est un moustique abondant en Camargue. Il représente 82,76% des captures au Sambuc. Derrière viennent les anophèles, le culex pipiens et l’ochlerotatus detritus.

Enquête sociologique

56 personnes sur près de 480 habitants ont répondu à l’enquête menée par Laurence Nicolas. Ce qui représente un quart des foyers du village. 73% d’entre elles souhaitent continuer à vivre les mois chauds avec ce système de protection.

« C’est un procédé discret, écologique, efficace.

Les bornes sont fabriquées en France et cette entreprise a créé 4 emplois et continue à se développer.
Cette aventure rend notre village plus attractif. La qualité de vie est améliorée, on peut rester dehors.
Et on parle de nous dans les médias« … sont quelques-unes des réflexions portées par cette enquête.

Photo : Romain Boutillier/ville d’Arles

Photo : Romain Boutillier/ville d’Arles

TechnoBam renforce son développement

L’entreprise a embauché un technicien de plus pour fabriquer les machines ainsi qu’un ingénieur en appui scientifique et continue à améliorer ses pièges, notamment contre les anophèles peu sensibles au CO2. TechnoBam a quitté le pays d’Arles pour des locaux plus vastes, situés à Aix-en-Provence. Les villes de Montpellier, Nîmes, Marseille sollicite la PME pour lutter contre le moustique tigre qui prolifère dans les grandes agglomérations – mais il est rarissime au Sambuc où 4 captures seulement ont été enregistrées. Des BAM sont également à l’œuvre en Afrique eten Polynésie.

Perspectives

Les pièges du Sambuc vont être remis en service en avril pour la campagne 2017. Les coûts généraux baissent pour cette troisième campagne.« Le plus gros investissement, c’est l’achat des machines. Ensuite il faut compter 80 euros par mois et par borne en consommables et entretien » explique Simon Lillamand, l’un des fondateurs de TechnoBam. Ce qui au regard des 2 millions d’euros dépensés chaque année pour une démoustication partielle de la Camargue au BTI fait de plus en plus réfléchir les décideurs à adopter les bornes anti-moustiques. Une expérimentation pourrait être tentée sur un quartier des Saintes-Maries-de-la-Mer cet été. Réflexions et réunions sont en cours, notamment avec le Conseil départemental, l’un des plus importants financeurs de la démoustication.

Pierre Bellagambi (à g.) et Simon Lillamand sont les deux ingénieurs qui ont créé la société TechnoBam et inventé les bornes anti-moustiques. Photo Romain Boutillier/ville d’Arles

Pierre Bellagambi (à g.) et Simon Lillamand sont les deux ingénieurs qui ont créé la société TechnoBam et inventé les bornes anti-moustiques. Photo Romain Boutillier/ville d’Arles

Lien vers l'article original : d'Arles http://www.arles-info.fr/2017/03/30/le-bilan-positif-du-traitement-par-borne-anti-moustique-au-sambuc-incite-les-decideurs-a-pousser-plus-loin-cette-experience/
Rédaction : Françoise Maurette

Partagez cet article

Envoyer le commentaire

  • (will not be displayed)

* Champs obligatoires

« Retour

Actualités

Démoustication et lutte contre le paludisme au Sénégal

Objectif 0 paludisme au Sénégal di'ici 2030. C'est l'objectif fixé par le gouvernement sénégalais et le PNLP.

Ce samedi 31 octobre s'est déroulé l’inauguration du projet MoniPrev à Kaolack, où 104 bornes anti-moustiques ont été installées. Qista agit en complément des actions de lutte contre le paludisme déjà mises en place dans le département de Kaolack. 

Veuillez patienter...

Le produit a été ajouté à votre panier.


Voir le panier

Le produit a été supprimé du panier.


Voir le panier